1943 – la libération de Tunis

quelques souvenirs des moments qui ont suivi la Libération,

soit des deux mois de mai et juin, temps de repos avant le débarquement en Sicile …

[Fuyant les bombardements, nous avons passé les six mois d’occupation allemande à Beaulieu, la ferme, située à 16 km de Tunis, à Béjaoua].

   Lorsque les américains et les anglais nous ont libérés en mai 43, nous avons connu des tas de gars, ils venaient à la ferme, ma mère parlait l’anglais et tout le monde était si heureux de la libération, très vite les habitués, il y avait un gars qu’on appelait Greek – les américains donnaient des surnoms comme ça à leurs GI’s, d’après leur origine, celle de leurs parents. – Greek avait dit de nous « it’s a musical home » … Frank le hongrois, un grand, beau et très gai, qui disait « I’ll shine in Budapest », Smithy l’irlandais petit et vif, « Mac » d’origine indienne (les indiens d’Amérique) tué peu de temps après en avion … je me souviens de son beau regard brun …

Les anglais : avant tout, Bob (l’écossais de Glasgow, premier amour, correspondance pendant assez longtemps après leur départ) ; c’est le seul nom dont je me souvienne, tous les autres … un pasteur sentencieux, un grand (je devrais pouvoir retrouver son surnom, pas trop flatteur … finfrog … ) qui s’endormait dans le fauteuil et respirait bouche ouverte, et le Docteur ah oui, qui apprenait le français et demandait qu’on corrige ses fautes, je me souviens d’une ordonnance qu’il avait rédigée « secouez en avant de prendre » (un sirop) … le Docteur, gradé, avait une casquette, tous les autres des calots …

Mais, j’ai des photos, je vais essayer de les scanner …

    Et les français de la 8e Armée ! L’émotion, pour eux, pour nous !!! il y en avait un, si grand si beau, qui chantait le Temps des Cerises … ma mère au piano, quelle joie mais vraiment l’émotion alors, je m’en souviens toujours, bien que je l’aie racontée n fois … et je crois bien que toutes les fois que je l’entends, c’est ce moment qui revient … très fort … l’image de ce grand gars beau et bronzé, chantant de tout son coeur, cette voix magnifique, et au fond la première voix non teintée de  collaboracisme … c’est peut-être ça la vérité profonde de cet instant unique … je ne crois pas que nous ayons revu de français libres, la 8e armée n’a pas séjourné … c’était le Premier Jour, et toute la suite ce sont les américains, et pourtant oui, quelques anglais aussi, alors je ne sais pas pourquoi les français de la 8e armée on les a vus une seule fois … forcément, ils étaient moins nombreux  ; la majorité était dans la IIe DB.

 Mon père a distribué toutes ses échantillons d’apéros qu’il conservait depuis l’époque Ferretti, lorsqu’il était représentant. Il avait dit « quand les anglais arriveront je donnerai mes petites bouteilles », il en avait une belle collection, toutes rangées dans la petite armoire …

De la joie de Tunis même, la capitale, la ville, je n’ai rien vu rien su sur le moment, puisque nous n’y étions pas et c’est en regardant Histoire parallèle, de Marc Ferro que j’ai pu participer rétrospectivement à l’enthousiasme de la Libération.

http://www.herodote.net/Un_historien_a_l_ecoute_de_son_siecle-article-1264.php

http://videos.arte.tv/fr/videos/histoire-parallele-semaine-du-27-octobre-1940–3452512.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :