Souvenirs, vieux de 65 ans … l’arrivée à Paris un soir d’octobre

Le 26 octobre 1948, mon départ de Tunis, je quitte ma famille, pars au-devant de Paris. Mes parents, mon père lui qui ne sortait plus beaucoup, sa jambe malade, étions-nous allés à l’aéroport en taxi ? Sans doute. Je me souviens, il avait aperçu quelqu’un qu’il connaissait, un commerçant établi à Montmartre, et il lui avait dit je vous la recommande. Je ne l’ai jamais revu, mais ce moment est resté … Ma mère, non, je ne me souviens pas d’elle ce jour-là et pourtant elle m’a accompagnée m’a suivie m’a entretenue, matériellement et par ses centaines de lettres, belles, longues, me racontant tout, les amis, les visites des citadins qui venaient à Beaulieu le dimanche, les leçons qu’elle donnait à domicile, elle fraîche retraitée.

El Aouina, on disait aller à l’Aouina. Le premier vol, l’avion avait du retard, temps nuageux à Tunis, les contours de la côte, que c’est beau, l’avion penche et tourne puis la Méditerranée et c’est très vite la nuit. Escale à Lyon, Lyon-Bron, un orage avant, les éclairs en plein ciel, ça a de la gueule, je veux tout voir. Le vol dure six heures en tout ! je ne sais plus si j’ai compté le temps d’attente à Lyon, on arrive au Bourget puis transfert aux Invalides où m’attendent Tante Luce et Ninette, qui m’hébergent à Cachan. Pas de taxi, je suis étonnée, on court pour attraper le dernier métro, ça marche. Je vais partager le lit de Ninette. Accueil réservé de mon oncle Robert, le frère de ma mère, homme nerveux sujet à des migraines. J’ai deux autres cousins, Marcelle, la soeur aînée de Ninette et Michel, un grand garçon éclatant de santé, né en 36. Il va suivre une école de mécanique, aller à Agadir, je le rencontrerai par hasard dans Paris quelques années après.

Je ne suis pas resté longtemps à Cachan, la ligne de Sceaux pas très rigolote, les copains retrouvés qui me disent mais qu’est-ce que tu fais en banlieue ? c’est comme si tu n’étais pas à Paris ! L’accueil chaleureux de ma tante, qui m’initie à la traversée des rues en deux temps, il y avait alors beaucoup moins de passages piétons et de feux rouges. Mon premier autobus, le 27, beau chiffre, belle ligne.

J’ai donc cherché à me loger à Paris, hôtels bon marché du Quartier latin, le premier rue Monsieur le Prince, et je me trompe d’adresse en l’indiquant à ma mère à qui je demande de l’argent ! je lui dis Carrefour de l’Odéon, le mandat est retourné « n’habite pas à l’adresse indiquée », j’imagine son inquiétude ! Et ma chère Tante Luce à qui je n’ai pas annoncé que je cherchais une chambre à Paris et à qui je le dis in extremis, « demain je déménage », son cri indigné « ah mais c’est malhonnête ! » et elle avait raison.

Une fois parisienne bon ton je découvre le COPAR rue Soufflot et je vais vite avoir un premier habitat Villa Ségur, à partager avec une marseillaise qui se prépare à être « kinésithérapeute », un métier qui démarre on ne dit pas encore kiné ! Et dans le courant de l’année une chambre à deux pas de là, avenue de Ségur, où j’ai passé dix ans, ma vraie vie. J’ai beaucoup aimé le quartier, le parcours vers la Sorbonne, le 86.

L’abonnement au cycle Beethoven au Châtelet, c’était les concerts Colonne, le pourboire à l’ouvreuse, dur des fois d’y arriver, c’était le samedi soir. Puis les concerts à Gaveau, beaucoup de piano, l’année Chopin en 1949, centenaire de sa mort. En 1950 le bicentenaire de la mort de Bach, Karl Münchinger et les Concertos brandebourgeois …

Les amis les amies de ces premières années, « les petites Kayser », Antoinette et Marie-Claire, Michel Verdier, Huguette qui venait de Bordeaux, bientôt Marie-France qui m’invitera chez elle à Goury (Cotentin) avant de partir pour notre premier séjour à Roscoff, mais c’est déjà en septembre 50.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :