destination Grèce …

  • l’Université

    Lire un peu de grec, écrire quelques mots, avoir l’impression de s’aventurer, dans la mesure de mes moyens, sur un territoire à la fois nouveau mais où poussent des racines … personnelles (Salonique) et disons générales …

  • C’est venu « comme ça », la semaine dernière, pourquoi maintenant ? j’ai l’impression de me trouver une fois de plus à la fin d’un cycle, d’une année scolaire , et de redouter une vacance, un vide oui. Alors faisons des devoirs de vacances …
  • En fait il y a eu un déclic, accidentel, imprévu : la découverte sur Facebook d’une presque homonyme, j’ai cliqué et j’ai atterri sur une page écrite en grec ! Et voilà ma gourmandise ou ma boulimie de langues chatouillée, les papilles excitées, les neurones aussi, je me mets en quête de cours de grec en ligne … Lexilogos est là, commençons. Plusieurs jours de suite, l’alphabet ça va vite, on le connaît pratiquement, mais la lecture ne vient pas. Je me dis la faute à l’âge … continuons, répétons, essayer d’écrire, de lire aussi … Il y a bien une série de leçons mais les allées et venues en ligne, décidément ce n’est pas très commode, la mise en page est trop uniforme et on a trop de fichiers ouverts, impression que ça manque de structure, de hiérarchie.
  • Acquisition d’un livre familier pour le russe par exemple, chez Ophrys, collection Le mot et l’idée et en même temps je commande une Grammaire du grec moderne, par André Mirambel, chez Klinksieck, c’est sérieux. Une note sur le site de vente la juge « un peu vieillotte ». Ophrys c’est bien pour déchiffrer au hasard, en reconnaissant des mots mais ils n’indiquent pas la prononciation, et je traîne quand je me reporte aux pages que j’ai imprimées à partir du cours en ligne …
  • Enfin ce matin je reçois le beau le vrai livre avec cd, Méthode de grec moderne, d’Henri Tonnet et Georges Galanes, à l’Asiathèque, 2009. C’est bon, intro et première leçon, le vocabulaire avant les premières phrases, la ponctuation, pour le point d’interrogation, ils écrivent ; point virgule ! Et il y a un point qui se place en haut … on verra.

L’université Aristote de Salonique (en grec : Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, souvent en partie francisé en Université Aristote de Thessalonique) est une université grecque, située à Thessalonique ou Salonique. Elle fut créée en 1925 et compte 44 départements.

L’université s’élève sur le site de l’ancien cimetière juif de Salonique[1]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_juif_de_Salonique

Elle fait partie du Groupe de Coïmbre, du Réseau d’Utrecht et de TIME.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :