jouer Beethoven

… et travailler une phrase, un trait, ses variations … Que ce soit aujourd’hui ou il y a soixante, soixante dix ans, c’est toujours un plaisir aussi fort, aussi profond.

Ce jour de 1944 où Madame Maran (Marant ?) m’a ouvert la sonate op 27 n°2 et où j’ai commencé à déchiffrer cet andante, le fameux premier mouvement … oui c’était au printemps 44 au moment où la France vivait le débarquement, j’avais cours le mardi après midi je revois le parcours par la rue de Rome puis  » l’Avenue » avant d’arriver à l’avenue de Carthage où elle habitait.  J’avais repris le piano depuis un an depuis la libération, et j’étais mordue, je travaillais jusqu’à six heures par jour, grammes, Czerny, « morceaux » mais la Sonate Clair de Lune c’était un vrai début j’étais dedans, « tu es en progrès »,  sauf … le second mouvement, le menuet, jamais pu le jouer avec son approbation, et quand on commence à être mal à l’aise avec un morceau, un mouvement c’est comme avec une personne qu’on ne comprend pas, qui ne vous comprend pas, on ne sait pas par quel bout la prendre … l’étrangeté qui flotte.  Le Presto au contraire,  réputé difficile, mêlé à des émotions, partie de ma vie.

  • En ce moment, depuis le début de l’hiver c’est le Rondo de la onzième sonate, op 22,  j’ai calé sur le premier mouvement qui porte des notes, des notes au crayon, datées de 1948 ! Ce bonheur quand une phrase se met en place, se doigte, s’entend, revient et les variations un peu échevelées de la mesure, les décalages, les petites modulations une note, deux notes … Et quand j’arrête, à 22 heures, j’ai la tête pleine non seulement de musique mais de joie … Pourquoi on aime.  Je crois que c’est en bloc, oui ou pas, un livre une phrase et ce plaisir est renouvelé, accru comme s’il était nouveau chaque fois, attendu mais procurant toujours cette « surprise », cette écoute éveillée. 
  • Découvert ce matin (16 mars) une vidéo d’Yvonne Lefébure sur jouer Beethoven !!! http://www.youtube.com/watch?v=45DrMuzTeCU&feature=related

Beethoven et la Liberté ! en écrivant j’écoute Hors Champs, un cinéaste suisse qui parle de la xénophobie intense qui règne chez eux. « Vol spécial », le film sort en France, les fameux charters …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :