et le piano …

Fugue en sol mineur BWV 542/2, jouée par Kei Koito (cette Fugue, parce que nous l’avons entendue au cours du Festival).

Kei Koito – Fantasia & Fugue in G Minor, BWV 542 – Fugue (« page introuvable » !). Je la remplace par une vidéo, au bas de la page …

  • Ce soir concert de clôture du Festival, une semaine de musique, une semaine comme j’aime … la musique « live » en salle, dans une église … Le temps des concerts est loin, mes premières années à Paris comme les dernières à Tunis et même pendant la guerre, les JMF …
  • Et là il me vient comme une urgence, raconter des moments de piano, des moments forts … la première fois que Mme Marant a ouvert pour moi, devant moi au piano la Sonate Clair de Lune, la quatorzième sonate, op 27 n°2 … et que j’ai commencé à la déchiffrer … je n’en revenais pas de lire-entendre cette mélodie, de la reconnaître et que ce soient mes doigts qui la « fabiquent » à ce moment-là. Elle avait bien choisi, il fallait commencer par cette sonate si connue, tellement auréolée (eh  oui la lune) d’émotions …

Je n’ai jamais quitté Beethoven, j’ai étudié (du temps de Tunis, et donc juesqu’en octobre 48) plusieurs sonates, les concerts étaient fréquents et pas cher, on y allait, au Théâtre municipal, dans une salle attenante au Lycée Carnot … et on en parlait, on s’y retrouvait. Plus tard à Paris les Concerts Colonne au Châtelet la première année, un abonnement, pas cher non plus, le plus dur c’était ce pourboire à l’ouvreuse et gare si on cherchait à l’esquiver ! Gaveau, plus raremment Pleyel, l’année Chopin (1949), l’année Bach pour le bicentenaire (1950) … mais là plus de piano pour jouer, j’ai bien essayé un peu dans des Foyers mais j’ai vite perdu les doigts la lecture …

  • Et j’ai lu Les carnets de Beethoven  (aux éditiosn Corréa), lu pendant une pleurésie, à Tunis je revois ma chambre, je me souviens de cette maladie, violente. Puis lesRomain Rolland, un volume accessible, Goethe et Beethoven les autres beaucoup moins, je n’avais pas le niveau pour suivre les exemples qu’il donnait, il aurait fallu continuer le piano … J’ai conservé ces livres longtemps puis dû faire de la place et je les ai donnés …

J’ai retrouvé le piano, un peu à Villefranche parce qu’on avait acheté un piano pour Philippe, un Gaveau d’occasion, qu’il a transporté, déménagé avec des copains, à Paris puis fait transporter et donné à des amis dans l’Ain.  J’ai repris autour de 1985, quelques années avec C.F, très agréable, puis de nouveau un arrêt et là, depuis cinq ou six ans ce petit groupe chant et piano et flûte et violoncelle quand on arrive à être assez nombreux. Il y a aussi eu des chorales, celle du CEC de 72 à 75 par là, puis laissé tomber pour les activités ciné-club …

— ajouter un lien Spotify ou une adresse, une URL, ça ne fonctionne pas, j’avais cru que ce serait possible en lisant « ajouter un media ». Il faut continuer à importer des vidéos.

  •  

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :