l’orgue (et l’ogre) de Barbarie

… l’orgue, l’orgue de Barbarie … oui, « popu », romance, belles images nostalgiques dans des films (Ophüls) et le grand orgue, terrible, impérieux prophétique.

Le quatrième Festival d’orgue, ouverture hier, dure une semaine, les Amis des Orgues de Brunoy sont une de ces belles équipes qui animent la ville la vie – une larme pour notre Palace – Chaque année une ou des innovations et toujours des invités au début très connus puis de moins célèbres mais quels musiciens ! bonheur, délices et orgues, les amours aussi, ces trois noms qui féminisent leur pluriel …

Un concert d’orgue, ou orgue ET … hier c’était orgue et percussions, Rameau organifié transposé pour l’orgue  et c’est fou ce que ça lui va bien. Public enthousiaste, il n’y a pas que moi qui aime l’orgue et là c’était plus que bien, baignés environnés transportés par ces airs qu’on connaît qu’on a entendus mille fois, Les Indes Galantes sont une source d’airs célèbres, et les voilà renouvelés d’être joués à l’orgue. Reproduction d’un cd, oui, les programmateurs sont partis d’un cd, « l’orgue de Cintegabelle » et se sont dit « il nous faut ça » le cd est redevenu « live »

https://www.facebook.com/pages/lOrgue-de-Cintegabelle/130087407073684?sk=wall

http://www.youtube.com/watch?v=53YRRzgoCz4

j’espère que la vidéo va se dérouler, elle montre les deux musiciens Yves Rechtsteiner (orgue) et Henri-Charles Caget (percussions).

ORGuE si on change une lettre une seule on tombe sur orgie, si on l’ampute de l’u, on débouche sur un grain d’orge (un orgelet) d’où l’ogre, l’ogresse encore plus terrible mais pas tant, elle n’est pas tout à fait sérieuse l’ogresse, la ghoula (chère à Naceur Khemir).

Pourquoi ces « variations » ce massacre de l’orgue ? ce n’est pas un massacre, non, mais il y a une telle impression de plénitude, d’achèvement (On achève bien les chevaux), l’orgue c’est Tout c’est le cosmos, le monde à sa création, les roulements de tonnerre et soudain au beau milieu le sifflement d’un oiseau … aucun autre instrument ne peut à ce point envelopper, saisir … C’est peut-être par là que m’est venue cette idée – saugrenue, j’ai voulu l’écarter mais elle a persisté, insisté, elle est revenue, oui l’Ogre fabuleux terrible mais, mais non, on peut l’apprivoiser ce monstre, ce vaisseau immense qu’est un orgue dans la nave, la nef d’une église, c’est … une coquille de noix sur l’océan, autour peut être rugissements, mais lui le nautonier, il va (e la nave va, Fellini, carissimo) et il est serein, tranquille, il ne lui arrivera rien, il s’élève. L’orgue c’est une venue au monde, c’est gigantesque …

Mes premiers souvenirs d’orgue, il me semble que je les dois à unen écoute de disques des 78 tours, encore à Tunis, chez Angel Lumbroso, puis au cinmméa et je tourne autour de films de Cocteau, les Enfants terribles, lesParents terribles,  mais je n’ai pas encore trouvé …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :