deux livres … importants

  • Je commence le livre de David Grossman « Une femme fuyant l’annonce », au Seuil comme les précédents. Dès les premières pages, parce que là j’ai ouvert au Prologue, saisie …

http://www.franceculture.com/emission-tout-feu-tout-flamme-tout-feu-tout-flamme-2011-08-30.html

http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/08/25/david-grossman-et-le-fils-eternel_1563292_3260.html

http://www.franceculture.com/emission-repliques-david-grossman-une-femme-fuyant-l-annonce-2011-09-10.html

http://www.mollat.com/livres/david-grossman-une-femme-fuyant-annonce-9782021004625.html

  • L’autre livre, je l’ai commencé sans le commencer mais tout en … etc. Il s’agit de lire en arabe, le livre qui devait suivre le roman d’Ahlam Mosteghanemi. Ok, j’en ai fini un mais le suivant ce sera ? Et je me souviens que j’ai acheté (Averroes bd St Germain) un livre d’Amon Maalouf et sa traduction en arabe. Conseillé par « Mme Averroes », je voulais du moderne. Voilà, il s’agit du « Premier siècle après Béatrice ». Mais voilà comment poursuivre ou reprendre une lecture en arabe, deux jours sans, repos mais surtout ne pas interrompre sinon c’est fichu. C’est là que la paresse l’inertie et les faux-fuyants interviennent, prétendant que les caractères ne sont pas les mêmes, pas aussi nets aussi jolis, que l’édition française est un « poche » que … ce serait somme toute une lecture difficile.

Au secours de cette valse-hésitation je retrouve, mes trésors enfouis oubliés, des contes en algérien dialectal, édition bilingue, belle typographie, facilité de la langue, oh joie ! enfin de l’arabe « normal », que j’entends.

Mais remords, faut pas lâcher la lecture plus difficile et me revoilà repérant les chapitres, « numérotés selon les lettres de l’alphabet,  mais l’alphabet arabe utilisé n’est pas celui des langues sémitiques, celui du DRS (Dictionnaire des Racines Sémitiques de David Cohen Fr Bron et Antoine Lonnet), non c’est l’alphabet arabe. Pas grave, l’essentiel c’est que ça marche, pour moi c’est la méthode qui me pousse à lire pique ma curiosité ne me lâche pas. Et c’est reparti …

Voilà, la joie de lire, cet état de curiosité, ce besoin ou ce désir irrépressible d’aller plus avant … Je lis dans le désordre sinon l’enthousiasme retombe à plat, faut aller à la découverte.

J’ai écrit comme titre « deux livres importants », je ne dirai pas pourquoi en quoi aujourd’hui, aurai envie d’en reparler, ils vont devenir des compagnons de route, des spoutniki.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :