lire survoler s’envoler

Un problème, des … Une solution, des … Une plongée, naviguer, être bercé tout oublier sauf … ce livre que j’ai à la main, un crayon bien taillé effaçable bien qu’on efface rarement et c’est venu bien longtemps après dans un but d’apprentissage, de facilitation, d’efficacité mais le plaisir de lire … je crois qu’il doit remonter aussi loin que j’ai des souvenirs, je me rappelle bien la méthode En riant, ses deux volumes les syllabes simples et inversées – je ne sais pas comment les désigner … syllabes ouvertes terminées par une voyelle, mais ce qui n’est pas encore syllabe un simple support pour apprendre à lire ar, as, os etc … Je revois parfaitement les dessins, de petits croquis faciles à reproduire et très schématiques,  conventionnels,  des smileys avant le nom.

Je pense que j’ai reproduit, réédité consciemment inconsciemment toute ma vie,  cet apprentissage de la lecture, ce plaisir qui comporte une belle part d’émerveillement, indovinare il y a quelque chose de magique, à quoi on n’est pas très sûr de croire, et pourtant eppure si gira et c’est moi qui ai su lire ceci cela. Il y a ce fil direct entre l’auteur d’un livre d’un article et son lecteur destinataire et solitaire. Oui, il existe des lectures à haute voix, « des » parce que toutes ne vous parlent pas, ne vous touchent pas. On ne peut pas parler de « lecture à haute voix » sans cette limitation à « des, certaines » … Dans une lecture à haute voix, nous ne sommes plus deux mais trois au moins, et puis la voix, les silences … l’émotion ou l’intention de ce troisième homme ou femme interposé entre l’auteur et moi … Je laisse donc de côté ce cas particulier.

Ce qui me préoccupe  et depuis un moment déjà c’est la lecture de l’hébreu et de l’arabe, avec cette grande distinction, cette définition de la manière de les écrire « sans les voyelles ».  S’en tenir à cette définition restrictive, négative ?  complète ? décourageante ? prohibitive inhibante : il faut connaître les mots pour savoir les lire, mais alors comment construire une phrase en lisant ? faut-il d’abord l’analyser et en est-on capable ?

Une bonne partie de mes difficultés avec l’arabe écrit,  » venir à bout de », prendre un livre et pouvoir dire de quoi il parle, savoir retrouver un passage, en un mot lire,  est imputable non pas à cette absence-de-voyelles-écrites mais au fait que l’arabe qu’on parle et cette langue écrite sont séparées par un vaste fossé ou un champ ou une forêt … A défaut d’immersion, qui est le vrai moyen,  la voie royale, on peut  se frayer un des chemins sur une page, un texte en s’aidant d’une traduction, mais pas sur du mot à mot, mémoriser un chapitre un passage, essayer de le retrouver, faire un petit jogging, trotter sans s’appesantir … Je ne pratique aucun sport et en particulier pas de jogging mais disons nager, oui la nage me plaît davantage, on est porté et on continue sans être conscient de chacun de ses mouvements, les mots finissent par venir à votre rencontre, vous dépassent, vous laissent loin puis le processus s’inverse en quelque sorte, vous avez saisi le sens général, les mots sont comme les pavés d’une cour, on est passé, on les a franchis on prend de l’assurance et chaque pavé n’est pas un obstacle non … On prend appui et on avance. Un peu comme si on passait du milieu aqueux ancestral à la vie terrestre.

ET si, et si on a la chance (ce qui m’arrive en ce moment) de dégotter quelque bon texte qui relève non de l’écrit mais du langage oral, un conte par exemple, qui emploie une  langue parlée, vivante, des tournures familières à l’oreille …  alors là … On en reparle dans quelques jours, je crois que je tiens le bon bout, du moins je l’espère.

Hors lecture alphabétique, on lit tant de choses les cartes – les cartes géologiques, une grande merveille ! des plans, la musique les plaques minéralogiques mille choses à coder décoder … et les images et tout ce qui est entre les lignes …

Nos écrans sont précieux, les livres aussi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :